Encore une fois aujourd’hui sur Facebook, je tombe sur le post d’un joli maquillage d’une de mes élèves réalisé avec les produits de la société avec laquelle elle travaille et je suis toujours autant surprise et énervée…

Cette élève suis la formation PRO MAKEUP BASICS depuis plusieurs mois et fait partie de ces personnes qui s’impliquent à 200% dans leur formation et profite de chaque miette d’apprentissage.
Son rêve ? Elle a déjà mis un orteil dedans en ajoutant à son activité professionnelle principale une activité de conseillère beauté pour laquelle elle s’implique avec passion et professionnalisme. Elle aimerait à terme pouvoir quitter son travail actuel après 15 ans de bons et loyaux services pour se consacrer à 100% à son activité de conseillère beauté et peut-être en suivant passer un CAP esthétique pour pouvoir proposer des prestations de maquillage professionnel en plus.

Dès le collège, à cet âge si précoce où on nous demande de commencer à prendre des DECISIONS sur un choix de métier qu’on aura à faire pendant 40 années de notre vie (minimum^^), elle rêvait déjà de cosmétiques, de maquillage, de parfum…  Mais elle rêvait seulement … Elle rêvait parce que les rares fois où elle tenta d’aborder le sujet, ses parents étaient totalement fermés; ils n’avaient même pas besoin de dire « non » tant elle n’osait pas s’exprimer plus face à ce sentiment de solitude profonde voire de rejet. Quand on est sensible, il est parfois plus supportable, surtout aussi jeune, de garder ses rêves en tête pour ne pas se sentir incompris, rejeté voire exclu. Ça n’est pas critiquable : chacun fait du mieux qu’il peut selon son caractère, son entourage familial et son entourage scolaire. Certains ne peuvent malheureusement pas choisir leur voie professionnelle car on la choisit pour eux sous prétexte qu’un métier est mieux qu’un autre sans penser qu’un métier est surtout mieux adapté à certains qu’à d’autres . De plus, à l’époque les préjugés autour des métiers de la beauté étaient très très présents …

Après avoir travaillé 15 ans dans un métier « purement alimentaire » comme elle le raconte, elle fit une rencontre qui allait provoquer pas mal de changement : cette rencontre était une amie d’une amie, mère au foyer venant de démarrer une activité de vendeuse à domicile de produits cosmétiques. Au début elle préférait ne pas y penser : « non je ne pourrais pas faire pareil, ce n’est pas pour moi et je n’ai plus envie de rêver pour rien », comme pour se protéger et ne pas revivre les mêmes désillusions de sa jeunesse … Mais c’était plus fort qu’elle, elle y pensait sans arrêt et cherchait de plus en plus d’informations sur cette activité. A force de voir des femmes, qui lui ressemblaient un peu, prendre ce chemin, elle commençait à modifier sa vision des choses en se disant que finalement ce n’était peut-être pas impossible. Pas tout à fait sûre d’elle, elle en parla à son mari et lui demanda ce qu’il en pensait, s’il serait d’accord, comme pour trouver une voix décisionnaire qui l’aiderait à se lancer ou non. Son mari très compréhensif l’aida à se lancer : « Après tout ça a toujours été ton rêve, pourquoi ne pas le tenter, essaie et tu verras ce que ça donne». Elle se lança donc cette activité un peu grâce à l’aval de son mari car seule elle n’aurait pas osé franchir le cap. Pas évident du tout au départ car pour elle c’était nouveau et tellement différent de ce qu’elle avait fait jusque-là mais c’était aussi et surtout super prenant, passionnant et motivant ! Plus elle avançait, plus la jeune fille incomprise disparaissait de sa mémoire pour laisser place à une nouvelle femme, passionnée, plus forte, qui prenait de plus en plus confiance en elle !

Je sais à quel point c’est un parcours compliqué, combien d’élèves me racontent la même chose, c’est presque une « renaissance » car au-delà d’une simple décision il y a toute une partie d’affirmation de soi qui est en jeu, c’est bien plus profond que ce qu’il n’y parait …

MAIS quel rapport avec ce post Facebook pour lequel je suis toujours aussi surprise et énervée ?

Aujourd’hui sur Facebook, je tombe sur le post d’une élève joliment maquillée et c’est la première fois qu’elle met un post vidéo où elle se maquille étape après étape … et je suis très très énervée … Les 3 premiers commentaires sous sa vidéo viennent de collègues qui la félicitent pour ce superbe résultat et pour son courage (elles sont aussi passées par là et savent que ce n’est pas une étape facile mais qu’elle est super importante et enrichissante pour la suite !). Puis arrive un 4ème commentaire de quelqu’un de sa famille : « Ça ne te va pas du tout ! Tu es ridicule comme ça, tu es bien mieux au naturel », le 5ème commentaire vient apparemment aussi de quelqu’un de sa famille : « Mais tu n’as pas besoin de tout ça sur le visage, y’en a beaucoup trop on te reconnait même plus », une autre personne en remet une couche en mettant des smileys qui rigolent
Je suis énervée parce que cette femme qui était en train de prendre confiance en elle et de s’épanouir professionnellement n’arrive tout simplement pas à répondre à ces commentaires… Elle est tellement abasourdie, tellement blessée qu’elle n’a pas de mots … En deux secondes, ces commentaires lui ont fait remonter ce si douloureux souvenirs de se sentir incomprise, rejetée, moquée … En deux secondes, elle n’avait plus 35 ans mais à nouveau 15 ans et plein de doutes …

Et là on peut se dire, « mais y’a pire dans la vie quand même » alors oui y’a toujours pire mais tout est encore une fois un problème de visualisation et de sensibilité. On oublie dans ce monde si complexe qu’il n’existe pas qu’un type d’individu et que chaque individu est unique avec ses propres capacités et ses propres limites. Elle a réagi ainsi avec sa sensibilité et son histoire mais pourquoi cela se répète autant ? Rares sont mes élèves qui ne rencontrent pas ce genre de problème …

Mais comment pourrait-on le régler ? Comment peut-on changer du tout au tout pour tout accepter, pour que tout glisse sur nous sans problème, sans qu’on se sente si mal ?
On ne va pas se mentir, les miracles je vous ai déjà dit je n’y crois pas, en revanche plus rationnellement on peut tenter de prendre du recul sur une situation et d’essayer de la voir différemment, par une prise de conscience simple, la simplicité dans ces cas-là c’est bien plus adapté !
Sans prendre de recul sur la situation, les choix qui s’offrent à nous sont de ne rien dire, ne rien faire comme cette personne qui s’est retrouvée comme bloquée. Résultat, elle ne va pas lâcher tout de suite mais à chaque post elle va craindre que cela se répète; petit à petit elle va s’user et ne plus trouver ce qu’elle est venue chercher et risque d’abandonner tout simplement non par facilité mais par épuisement et par déception
Que pourrions-nous lui conseiller ? De supprimer ces messages ? De leur répondre qu’ils sont bêtes et méchants, peut-être mais à long terme ça donnera quoi ? Ils pourraient recommencer, d’autres pourraient recommencer, la crainte sera toujours là … On peut lui conseiller de s’endurcir, de s’en « foutre » des autres, de faire ce qu’elle aime mais elle a déjà essayé ça ne marche pas

POURQUOI ??
Entre un problème et une solution il n’y a pas juste une phrase magique que l’on va se répéter tous les jours et qui va faire disparaître comme par magie des blessures qui sont là depuis toujours …

 

1- LA PRISE DE CONSCIENCE

Changer, régler une problématique intérieure, c’est tout d’abord savoir la poser de la manière la plus juste possible avec son VRAI RESSENTI. Il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir exprimer ses émotions de la manière la plus vraie possible c’est-à-dire sans pensées préformatées et sans avoir peur car c’est quelque chose de nouveau.
Pour cette personne, poser cela de la manière la plus juste c’est essayer de mettre un degré de souffrance qu’elle a ressenti et qu’elle ressent encore en lisant ces commentaires et même si tout le monde lui dit « ce n’est pas grave, zappe, ils n’en valent pas la peine », pour elle ça n’est pas possible de zapper c’est même contre-productif parce que cela risque de revenir …
Pourquoi elle ne peut pas les zapper comme ça ? Parce que ce qu’elle a ressenti était TRES DOULOUREUX, très PROFOND et que la première étape c’est d’accepter que pour elle c’est comme ça, de ne pas culpabiliser en se disant qu’elle aurait dû ressentir cela autrement, qu’elle devrait zapper, être plus forte : tout ça est inutile, c’est de la pollution mentale, on prend on jette à la poubelle.
Alors c’est une première étape, simple, on s’autorise à sortir cette douleur, cette souffrance, ce malaise, ce mal-être, à la juste hauteur de ce qu’on ressent et non de ce qu’on pense. Et on le pose en le disant, en l’écrivant, en le symbolisant, peu importe mais on sort ce ressenti de son corps et non de sa tête : « Quand j’ai lu ces commentaires, j’ai directement senti comme un coup de poing dans mon estomac, mon corps était comme « froid » je me suis sentie si mal, presque comme si je me réveillais d’un malaise ».
Voilà, on pose ça là, de façon très juste parce que cela nous appartient, ce n’est pas critiquable ni discutable c’est ce qu’on ressent vraiment.
Le fait de poser ses ressentis de manière « juste » et de plus en plus souvent va amener petit à petit à une prise de conscience mais une prise de conscience profonde et réelle parce que juste, parce que propre à vous.

 

2- POSEZ VOS LIMITES

Comment savoir réagir quand on ne sait pas exprimer nos ressentis de manière juste ? Maintenant vous savez un peu mieux comment faire.
Comment savoir réagir quand on ne sait pas où sont nos limites ? Voici notre 2ème clé (oui j’adore Fort Boyard et j’adore les clés^^) !
Pour pouvoir poser vos limites il faut savoir les reconnaître et les accepter.
Encore une fois on va être dans l’acceptation de ce qu’on est, de ce qu’on ressent, sans auto-jugement, sans pensée polluante. Autorisez-vous à avoir vos propres limites même si dans notre société on nous éduque à être « toujours plus » alors qu’on devrait nous éduquer à être « de plus en plus NOUS ».
J’aime faire des comparaisons et cette fois-ci on va prendre le chat, mon animal préféré ! Et bien chaque chat a ses propres limites : un chat peut avoir des limites très éloignées d’un autre tant sur le plan de son caractère que de ses réactions ou encore de ses limites géographiques ! Un chat casanier restera dans le périmètre de sa propre maison et n’ira presque jamais plus loin ; un autre chat sera un vrai rodeur et pourra parcourir plusieurs kilomètres en une journée. Alors pourquoi nous individu on ne pourrait pas avoir des limites différentes les uns des autres et pourquoi on s’impose sans cesse de toujours à être « mieux » ou « plus » ? Posez cette réflexion et petit à petit apprenez à sentir quelles sont VOS limites, en vous posant simplement cette question : « Qu’est ce qui est acceptable pour moi, dans une mesure que je peux tolérer MOI et non dans une mesure que pourrait tolérer Wonder Woman (sauf si je suis Wonder Woman, bien sûr !)». Petit à petit, apprenez à poser vos propres limites c’est-à-dire ce qui est POSSIBLE, TOLERABLE POUR VOUS et pas pour votre famille, votre voisine ou votre chat, pour VOUS !
Là encore, il s’agit d’une prise de conscience mais qui va dans la continuité du point 1- qui vous permet de mesurer votre souffrance. Sans mesure de souffrance, vous ne pouvez pas poser vos limites, maintenant vous devriez avoir quelques atouts pour mieux y arriver.

 

3- POSEZ VOS BESOINS ET VOS ENVIES

Maintenant que vous savez détecter votre souffrance et poser vos limites à juste échelle, vous allez enfin pouvoir poser vos besoins et vos envies. La frontière entre besoin et envie est assez faible finalement mais ne nous étalons pas trop sur ce sujet sinon l’article va se transformer en roman…
A ce stade, vos besoins et vos envies vont se dessiner beaucoup plus facilement et c’est tout à fait naturel. Il est possible qu’avant votre prise de conscience, vous n’étiez pas tout à fait dans le juste sur vos besoins et vos envies, non pas qu’elles ne soient pas justement définies mais qu’elles ne soient pas justement mesurées. Comme les limites et les peurs, vos besoins et vos envies peuvent se trouver à différents degrés d’échelle voire se trouver là où vous ne vous y attendiez pas.
Posez maintenant vos besoins et vos envies des plus essentiels aux moins essentiels.
Saviez-vous que je suis fan de psychologie et de développement personnel ? J’ai un diplôme de coach de vie et j’ai travaillé quelques années dans ce domaine. Et bien c’est le moment de vous dire qu’il n’y a ni limite, ni peur, ni ressenti, ni besoin ni envie qui ne soit honteux ; on se sent parfois mal de penser que son besoin essentiel est de gagner sa vie pourtant ce besoin peut être accompagné d’une peur profonde de manquer et il n’y a rien de honteux à cela, il n’y a même rien de honteux à avoir envie d’être riche ou de se sentir en sécurité grâce à ça, ce sentiment de honte on en fait quoi ? [ poubelle !! ]

 

4- DEVENEZ QUI VOUS ÊTES

C’est très facile et bateau de dire « aime toi et les autres t’aimeront comme tu es », ou encore « accepte-toi et les autres t’accepteront comme tu es » pourtant c’est super juste mais ça ne se fait pas en un claquement de doigts ! Pour pouvoir s’aimer et donc s’accepter il faut avant tout SE CONNAÎTRE et cela passe par ces différentes étapes d’introspection de vos souffrances, vos peurs, vos limites, vos besoins et vos envies !
D’après mon expérience, je pense que c’est le meilleur chemin pour se connaître réellement.

Alors souvenez-vous, nous cherchions une solution pour ne plus subir les commentaires négatifs sur ce que vous faites ou ce que vous aimeriez faire dans la vie.
Bien que l’on soit en 2021, il existe encore et toujours des préjugés pour beaucoup de choses et notamment vis-à-vis des métiers. Dans le milieu de l’esthétique on n’est pas épargné ! J’ai la chance pour ma part d’avoir des parents super cool : retraités maintenant, mon père était médecin généraliste et ma mère a été prof d’anglais quelques années. Ils n’avaient aucun à priori sur ce que j’allais faire et heureusement car je ne comptais ni devenir médecin ni prof (quoi que je me suis finalement rapprochée un peu du métier de ma mère^^) ; quand j’ai dit que je voulais faire un CAP esthétique ils étaient heureux parce qu’ils sentaient que j’avais trouvé ma voie, la vraie, la bonne ! Malheureusement ce n’est pas le cas de tout le monde… Combien de bêtises j’ai entendu et j’entends encore sur les esthéticiennes et tous les métiers autour de la beauté : entre les remarques sexistes, les remarques sur notre QI qui est forcément très bas, les remarques faites aux garçons car ce serait un « métier de fille » ou encore les remarques sur l’inutilité de notre métier, il faut forcément être passionné et savoir où on veut aller pour supporter tout ça ! Et c’est là où je voulais en arriver …
La voilà la dernière étape pour solutionner ce fameux problème de ma chère élève qui n’a pas su quoi répondre face aux commentaires déplacés de ses proches, à vous qui subissiez peut-être la même chose ou encore à vous qui ne subissez pas autant mais que ça gonfle quand même^^, ou encore à vous qui voulez aider votre ami qui subit ça …
Votre dernière étape après avoir posé/nommé vos souffrances, vos peurs, vos limites, vos besoins, vos envies : vous allez maintenant rédiger un paragraphe dans le même état d’esprit que le reste, des mots qui partent de vous, de votre corps, de votre cœur, profondément, qui sont justes et qui vous appartiennent sur POURQUOI VOUS FAITES CE METIER ou POURQUOI VOUS VOULEZ FAIRE CE METIER (si vous ne le faites pas encore).

 

POURQUOI ET COMMENT CELA VA VOUS AIDER ?

Ce petit chemin d’introspection personnelle va vous aider pour plein de choses et dans notre cas précis ici, il va vous aider à exprimer de la manière la plus juste POURQUOI vous avez choisi ce métier ou cette activité autour de la beauté. Vous l’avez peut-être déjà fait auparavant mais peut-être pas de manière si profonde, si personnelle.
Imaginez quelque chose dans votre vie pour laquelle vous avez une confiance totale, aucun doute, peut-être l’amour que vous portez à votre enfant, à vos parents, votre passion pour un groupe de musique dont vous êtes fan depuis toujours ; vous ne vous posez même pas la question de savoir si c’est bien, mal, vrai ou faux, vous savez que vous aimez car vous le ressentez au plus profond de vous. Vous devez arrivez à ce même chemin si vous aimez ce domaine de beauté, de maquillage plus que tout et que vous savez que vous voulez en faire un métier ; vous ne savez peut-être pas quand ni comment ça va marcher mais vous savez que vous voulez essayer car c’est le seul domaine professionnel dans lequel vous vous sentez bien, libre, vous avez envie d’avancer, d’apprendre, de vous lever pour ça, vous ne savez pas si vous pourrez en vivre à 100% mais vous avez besoin d’y consacrer une partie de votre temps pour vous épanouir voire pour trouver une bulle d’oxygène qui vous manque au quotidien.
Quand vous avez posé tout ça, ce besoin si important et si précieux pour vous, que vous savez ce qu’il vous apporte, que vous l’avez défini parfaitement grâce à votre ressenti et bien les choses vont commencer à changer !
Vous aurez beaucoup moins de doutes voire plus de doutes du tout, vous n’aurez plus besoin d’attendre un signe du destin ni l’approbation d’un tiers pour savoir que c’est vers là que vous voulez aller et pour prendre vos décisions. Votre choix sera le VOTRE à 100%, défini, ressenti et donc ASSUME et vous dégagerez naturellement cette confiance qui impose le RESPECT.


Alors oui peut-être que vous aurez toujours des commentaires bizarres de personnes de votre famille ou de votre entourage mais vous trouverez des solutions simples pour y pallier car cela deviendra SECONDAIRE et cela vous touchera beaucoup moins.
Votre BESOIN (travailler dans le milieu de la beauté) sera plus grand que votre PEUR (peur des commentaires déplacés, peur de ne pas être à la hauteur, …) et les choses prendront naturellement la bonne place. Vous allez aussi progressivement mieux exprimer votre besoin, votre projet professionnel, avec sincérité, il sera donc mieux respecté et vous serez plus prise au sérieux.
Si malgré cela ça continue, et bien vous enverrez un Message Privé à cette cousine qui se moque de vous sur Facebook : « Bonjour ma chère cousine, je sais que tu aimes beaucoup plaisanter mais je te remercie de ne pas le faire sur ma page professionnel car même si tu n’aimes pas que je me maquille, sache que c’est un projet professionnel qui me tient énormément à cœur et pour lequel je travaille dur chaque jour » ; vous pourrez ensuite supprimer son commentaire sereinement car elle ne risque pas de recommencer et si elle recommence par contre cette fois-ci on la bloque lol ! En tout cas cela ne vous touchera plus jamais de la même façon parce que vous saurez exactement pourquoi vous êtes là et pourquoi vous faites cela. Vouloir faire changer certaines personnes d’avis avec des arguments x y ou z ne servira à rien ; en revanche si vous leurs exprimez votre besoin différemment, profondément, la vision qu’ils avaient de vous changera et en conséquent ils ne vous aborderont plus de la même façon.

N’oublions pas que je suis là pour vous former au maquillage professionnel mais pourquoi est-ce que je vous parle de tout ça ? Au-delà du fait que j’adore aborder ce genre de sujet autour de ce que j’appellerai le développement personnel, j’aime encore plus mon métier et tous les métiers que j’ai fait. Que ce soit esthéticienne, coach de vie ou formatrice, j’ai toujours travaillé avec passion ; mes métiers sont beaucoup plus qu’une activité qui doit rapporter un salaire, c’est toute ma vie, c’est mon oxygène. Ce sont des métiers-passion mais qui sont parfois salis, critiqués, non acceptés, rabaissés mais peu importe, les gens peuvent bien critiquer ces métiers ou mon métier, ils peuvent bien critiquer aussi mon métier de formatrice en ligne, savez-vous combien m’ont critiqué et aujourd’hui regrettent tellement de ne pas l’avoir fait plus tôt ? Et bien je n’ai jamais lâché parce que l’amour que je mets dans mon activité professionnelle (et aussi un petit peu mon professionnalisme^^) fait qu’il n’y a pas de place au doute, mon but est super clair, personne ne peut me déstabiliser. Il ne s’agit finalement plus d’un métier qui est respecté ou non mais plus d’une personne qui impose le respect de son métier parce qu’elle croit en ce qu’elle fait et le fait ressentir à sa juste mesure.
Et toi qu’en penses-tu ? Penses-tu que les métiers de la beauté sont finalement inutiles et futiles et que ce n’est pas le chemin que tu veux prendre ? Ou comme moi tu as envie de te sentir fière de ton métier-passion, tu veux apprendre à te respecter, te faire respecter et faire respecter TON CHOIX de métier ?



Merci de me lire et à très vite.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *